Culture

Simangavole et Sandra Nkaké : l’interview croisée 

Chaque année, la Fét Kaf, 20 Desanm, ou Fête de la Liberté, est l’occasion de rendre hommage aux ancêtres esclaves de l’Île de la Réunion et de célébrer l’abolition de l’esclavage. C’est aussi un moment d’effervescence pour la scène artistique réunionnaise. Et faire de belles rencontres entre artistes de tous horizons.Cette année, la particularité de cette célébration est qu’elle sera dédiée aux femmes.

Ainsi à partir du 14 Décembre, la Cité des Arts de Saint-Denis aura l’immense joie de produire ‘Ansanm’, une collaboration entre le groupe Simangavole ‘Maloya Maniér Fanm’ et Sandra Nkaké. Ensemble, elles auront le plaisir clôturer le mois de festivités de la Fét Kaf, en partageant leur création originale en direct, sur le plateau de la Nuit de la Liberté, le 20 Décembre, à Saint-Denis. 

sandra_nkake_by_benjamin_colombel
Sandra Nkaké, artiste Franco-camerounaise

Collectif atypique, 100% féminin et made in 974, Simangavole est fier de défendre depuis 1998, les couleurs de leur créolité et de leur féminité, à travers un ‘Maloya Maniér Fanm’. Divas des îles, héritières du chant des esclaves, elles redessinent le maloya à chaque performance scénique, et dégagent une émotion à l’état brut. Leur style et leurs valeurs ont su envoûter la scène internationale, elles ont notamment participé au festival Femmes Funk en Nouvelle-Zélande.

Voix à couper le souffle et tempérament de feu, Sandra Nkaké a plus d’une corde à son arc. Auteure-compositrice, chanteuse et comédienne, la jeune femme qui a grandi entre Yaoundé et Paris, crée son propre univers atypique, mêlant des inspirations rock, pop et jazz. Sur scène, son allure dynamique et extravertie séduit, mais c’est par des textes pures et des émotions fragiles qu’elle touche son public. Son talent cosmopolite lui vaut d’ailleurs d’être lauréate aux Victoires de la Musique en 2012 ‘révélation jazz’.

Bref, vous l’avez compris, leur collaboration pour la Nuit de la Liberté risque d’être explosive, sur fond de Kabar Marron endiablé !  En attendant le jour J, nos dames se sont prêtées au jeu de l’interview croisée en exclusivité pour Zen et Zolie.

 Leur point commun ? Un talent qui participe à canaliser la question du respect et de la dignité vers un combat international et interracial, pour les droits de la femme. De belles valeurs partagées atour d’un voyage imaginaire, métissé, qui mêle les genres, entre rythmes traditionnels de la Réunion, et rythmes de l’Afrique.

Les questions de Sandra à Katy de Simangavole

Katy, quel est  ton moteur dans la vie ? 

Pendant des années j’ai cherché un moteur à ma vie, tantôt professionnel, tantôt familial, tantôt artistique, mais aujourd’hui je dirais que mon moteur c’est la « vie » elle même. Juste le bonheur d’être là, vivante « dobout » et de profiter de chaque instant.

Quelles sont pour toi les valeurs essentielles à partager ?

A mon sens, le respect est une valeur essentielle;  le respect de soi, de l’autre et de nos différences. Ce respect qui nous permet de mieux vivre ensemble, de vivre en paix. Et je rajouterais la tolérance et l’amour.

La (ou les femmes) qui t’inspire(nt )?

Les femmes qui m’inspirent sont des femmes ordinaires qui se battent pour construire et réussir leur vie. Parfois l’ordinaire peut avoir des conséquences extraordinaires, tout dépend de ce que l’on attend et sous quel angle on regarde.

Si tu devais décrire ton métier en 5 mots ?

Passionnant, exceptionnel, excitant, fun, enrichissant.

Qu’attends-tu de notre rencontre ?

Un partage d’émotions, de culture, de plaisir. Un instant magique quoi !

On vous invite à découvrir Simangavole sur Simangavole DEEZER , en attendant la sortie de leur 3e opus ‘Pou Dvré’

3-simangavolecredit-photo-james-henry-1
Katy du collectif Simangavole

Les questions de Katy à Sandra

Si je te dis « Fét Kaf », qu’est ce ça t’évoque ?

Cela m’évoque le rassemblement, se réunir autour de notre histoire, nos histoires cachées. Ca m’évoque le combat pour une liberté chèrement acquise. Pour moi la Fèt Kaf, c’est se pencher sur son histoire, ses douleurs, ses zones d’ombres mais ne jamais oublier de propager la lumière. Ansanm pli for ! (je ne sais pas si ça s’écrit comme ça, ni si ça se dit comme ça!)

Qu’est-que qui t’exaspère ?

Je ne supporte pas le mensonge.

Si tu avais un message à transmettre aux femmes, ça serait ?

Nous sommes belles et fortes, quelques soit nos origines. Nous devons continuer à nous battre autour du monde pour une réelle égalité. Mais pour que le regard sur les femmes changent, nous devons continuer à militer, à créer, à avancer, même dans les moments difficiles.

Qu’aurais-tu fais si tu n’étais ni chanteuse ni actrice ?

J’aurais aimé être utile. Faire du bien autour de moi. Peut-être médecin, pédiatre, maîtresse des écoles, infirmière.

Y-a-t-il un maloya qui trotte dans ta tête ? Si oui, lequel ?

Oui j’aime beaucoup Batarsité, mais ne me demandez pas de le chanter hein ! J’ai aussi Maloya Manièr Fanm, que j’ai découvert il y a quelques années et qui m’a donné la pêche et m’a confirmé que nous devons, nous femmes, continuer à nous affirmer ! Wahou! J’ai tellement hâte de notre rencontre artistique! Ca va être émouvant pour moi!

Tout en découvrant l’univers de Sandra Nkaké

www.sandrankake.com

sandra_nkake_buffalo_by_benjamin_colombel

0 comments on “Simangavole et Sandra Nkaké : l’interview croisée 

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :